Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Lettre culturelle franco-maghrébine #60

Lettre culturelle franco-maghrébine #60

samedi 4 décembre 2021, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme chaque mois, l’association « Coup de Soleil » vous fait partager les dernières actualités culturelles : livres, BD et films.

« UN SI PROCHE ENNEMI » par Gilles Gauthier, roman, Riveneuve, 2021

Ce roman inspiré de faits réels renvoie à deux dates que séparent une dizaine d’années. Le moment présent, (néanmoins suivi d’un épilogue plus récent) se situe en 1994, c’est-à-dire du point de vue algérien, en plein pendant la décennie noire lorsque sévit dans toute sa force le terrorisme islamique, ici sous la forme d’une prise d’otages entre la France et l’Algérie. Ce présent est mis en relation avec un passé un peu plus ancien, daté de 1984 et qui à partir de cette date s’est prolongé un peu dans le temps…/…
les deux personnages principaux restent les mêmes, un jeune Français Marc qui lorsque l’histoire commence s’est engagé à titre d’enseignant coopérant comme on disait à l’époque et se trouve à ce titre nommé au lycée de Biskra, et un adolescent algérien Noureddine qui fait partie de ses plus grands élèves.
Tout se joue dans leur relation, un temps heureuse avant de devenir tragique…/…
Tous ceux qui connaissent un peu l’histoire récente de l’Algérie à la fin du 20e siècle savent que la montée de l’islamisme s’y manifeste de plus en plus dans les années 1988, 1990-91 et ensuite à peu près juste à la fin de cette décennie. L’islamisme est lié à un violent rejet du gouvernement en place et on voit peu à peu comment Nourredine n’a pour celui-ci que haine et mépris, en même temps qu’il déteste toutes les influences occidentales et la mentalité française, même supposée de gauche,dont il prend connaissance lorsqu’il vient passer des vacances en France avec Marc.

« MUSTAPHA S’EN VA-T-EN GUERRE » par David Hury, éditions Riveneuve, 2021

Ce roman historique s’appuie sur une documentation riche et précise, qui nourrit ses 625 pages et recouvre, à certains égards du moins, une bonne part du 20e siècle, après la première guerre mondiale que certains historiens considèrent comme la fin du 19e siècle et jusqu’à la fin de tous les empires coloniaux, auxquels se substituent des Etats nationaux qui ont conquis leur indépendance. C’est l’idée de liberté qui sert de fil conducteur à ces nombreuses péripéties. Elle est à l’origine des comportements de Mustapha dont on fait connaissance dès le titre du roman, dans lequel il apparaît aussi sous d’autres noms ou prénoms, celui de Gustave renvoyant à sa part française, tandis que Mustapha est celui qu’il a reçu à sa naissance, dans sa famille qui est marocaine et vit à Figuig, une oasis située aux confins de la frontière algéro-marocaine, à l’extrême-est du Maroc…/…
Le roman raconte une bonne soixantaine d’années de la vie de Mustapha, qui pour l’essentiel se passent en France…/…
Peu après la fin de la guerre commence une nouvelle forme de combat pour la liberté, celui des pays colonisés qui s’organisent pour conquérir leur indépendance. Mustapha ne peut manquer de s’y sentir impliqué. Et c’est ainsi qu’on le retrouve, alors qu’il est en France pendant la guerre d’Algérie, aux côtés d’Algériens du FLN, ce qui n’est évidemment pas sans danger, d’autant qu’étant désormais marié et père de trois enfants, il est vulnérable à travers sa famille. La police française et ses supplétifs mais aussi l’OAS, sont au début des années 60 les nouveaux adversaires (et les nouveaux tortionnaires) contre lesquels il n’en continue pas moins fidèlement le combat.

MAGHREB-ORIENT DES LIVRES 2021 « Mémoires algériennes » Claude Bataillon

Notre collègue Claude Bataillon nous propose de revenir sur quelques aspects du MODEL 2021qui pour des raisons d’ordre sanitaire n’a pu toucher l’ensemble de son public habituel, avec notamment cette table ronde Mémoires algériennes.
Avec Stéphane Beaud, La France des Belhoumi (La Découverte, 2018), Stanislas Frenkiel, Le football des immigrés : France-Algérie, l’histoire en partage (Artois Presses Université, 2021), Tramor Quémeneur, La guerre d’Algérie revisitée – Nouvelles générations, nouveaux regards (Karthala, 2016), Benjamin Stora, France- Algérie, les passions douloureuses (Albin Michel, 2021), Naïma Yahi, Sexualités, identités & corps colonisés. XVe siècle – XXIe siècle (CNRS, 2019)

« LEUR ALGERIE », film documentaire de Lina Soualem, 2020

Ce film est un documentaire, plus long que la taille habituelle dans ce genre et dont l’action appartient aux seuls personnages dont la réalisatrice a décidé de se préoccuper, à savoir son grand-père et à sa grand-mère et à un moindre degré son père, connu en France comme acteur. Est-ce à dire qu’on n’y sent pas la volonté pédagogique qui veut que le documentaire se caractérise par la quantité importante d’informations qu’il procure à ses spectateurs ? Oui et non. Pour prendre l’exemple le plus frappant, le film ne nous dit pas d’emblée où il se situe, il attend même longtemps pour le faire, et pourtant il n’est pas facile de repérer immédiatement la ville de Thiers…/…
Peut-on dire alors que le film est un documentaire sur ce qu’ont été les travailleurs immigrés de la première génération, ceux qui sont nés en Algérie et ont eu le temps de la connaître avant de partir pour la France ? C’est un peu trop généraliser le sujet, qui ne vise pas à faire un portrait collectif, bien au contraire. Lina est visiblement fascinée par ses deux grands-parents et elle est prise soudain par un grand désir de les connaître, y compris et surtout dans la longue durée, car elle s’accuse de n’avoir pas du tout cherché à le faire jusque là. Il est vrai que mine de rien ils en valent la peine et les portraits que leur petite-fille en fait montrent des individualités très affirmées, très différentes l’une de l’autre , qu’elle ne cherche pas à rendre exemplaire de ce qu’a été le destin des immigrés. Dans le titre « Leur Algérie », « leur » est un pluriel qui implique la diversité. Le film vaut beaucoup par le regard que Lina porte sur eux et qui n’est jamais dépourvu d’une pointe d’humour ; d’ailleurs, on dirait que sous le regard de la caméra, ils sont assez contents de jouer leur rôle.

« HAUT ET FORT », film de Nabil Ayouch, sorti en novembre 2021

Ce film est ou était très attendu, non seulement à cause de son apparition remarquée à Cannes et de la notoriété de son réalisateur mais justement aussi parce qu’il a été senti comme différent des autres films de celui-ci. Ce qui veut dire notamment que Nabil Ayouch, tout juste cinquantenaire, se sent maintenant tout à fait libre de faire les films qu’il veut et comme il veut, c’est-à-dire d’y mettre ce dont il a envie, sans se soucier de savoir dans quelle catégorie son film va être rangé— et notamment, dans le cas présent, s’il s’agit plutôt d’un documentaire ou d’un film de fiction.
La première de ces deux assignations vient du fait que Haut et Fort est essentiellement consacré à montrer quel rôle joue et peut jouer le hip hop pour les jeunes déshérités d’un quartier populaire comme Sidi Moumen à Casablanca. Rappelons que ce genre musical fondé sur le rythme a été créé à New York dans le Bronx au début des années 70.
Le centre culturel où se passe l’action existe bel et bien, c’est Nabil Ayouch qui l’a créé, et il a eu recours pour le film à un certain nombre d’acteurs non professionnels, qu’il montre dans des situations tout à fait réelles.
Les très nombreux épisodes de rap, rythme, chansons et danse qui ponctuent le film, l’apparentent au genre de la comédie musicale dont plusieurs cinéastes semblent soucieux d’explorer ces temps-ci les (riches ?) possibilités. En tout cas Haut et fort est un exemple du fait qu’il n’y a pas contradiction entre la volonté d’émanciper et de libérer tous ceux que leur situation opprime et le plaisir que donne une expression musicale originale, encore trop peu connue malgré sa grande qualité.
Denise Brahimi

L’intégralité de la lettre franco-maghrébine est accessible à l’adresse : https://www.coupdesoleil-rhonealpes.fr/lettre-culturelle-franco-maghrebine-60

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.